Chronique || Say something de Jennifer Brown

mars 09, 2018

Quatrième de couverture (livraddict) : David Judy sait ce que c’est que le harcèlement. Depuis longtemps. Avec un nom féminin, une voix douce et une apparence timide, il est la proie idéale pour les caïds du lycée. Heureusement, il a une amie, Valérie. Grâce à elle, il fait la connaissance de Nick, et a – enfin – l’impression d’être à sa place. Alors qu’il soupçonne Nick de préparer sa vengeance contre ceux qui les ont fait souffrir, David n’ose rien dire. Crainte de rompre cet équilibre enfin trouvé, ou habitude de taire ses doutes et ses peurs ? Quand il trouve enfin la force de parler, il est trop tard...


"Dis quelque chose". David cache quelque chose sur la fusillade qui a touché son école à la fin de l'année scolaire précédente. Son malaise va s'accentué car ce qui s'est passé n'a pas servi de leçon.
"Dis quelque chose". Harcèlement, violences physiques, violences morales. David l'a également vécu car il n'entrait pas dans la "norme". Réussira-t-il à parler ?

Ce roman peut se lire indépendamment de Hate list de Jennifer Brown même si le roman parle de la fusillade avec comme personnage principal, Valérie.

Say something a su me sensibiliser sur ce que peut faire un être humain qui est à bout et n'attend qu'une chose, que tout cela se finisse. Le vécu n'empêche pas de se matérialiser alors que je ne voulais qu'une chose, c'est que David parle.
Jennifer Brown a su mettre des mots sur un mal-être que beaucoup d'enfants, d'adolescents vivent chaque jour. Le rejet de la part d'une caste - car c'est de celà qu'il s'agit - est mis en avant d'une façon intéressante et je m'attendais à tout moment de passer de l'autre côté car je n'aurai pas eu la force de Nick et de tuer mes bourreaux. Ils ne méritent même pas notre mort même si avancé est une tâche très difficile.

***

David est un homme meurtri par le harcèlement scolaire de la part de ses camarades scolaires (non ami, simplement connaissance). La fusillade dans son école par un de ses amis la plongé dans un mutisme et de profond troubles. Il savait que son ami préparé quelque chose, qu'il pouvait éviter la fusillade. Son refus de parler va le tuer à petit feu. "Say something - Dis quelque chose".

Je dois bien l'avouer, cette histoire m'a ému car le harcèlement scolaire est une cause de première mortalité chez les jeunes. Le suicide est pour certains le meilleur choix. Il y a également l'autodestruction (mutilations) ainsi que de jeux dangereux. En France, les cas de fusillades sont quasi-inexistante (une ou deux après recherche) car les armes ne sont pas en libre circulation comme en Amérique.
Jennifer Brown a su mettre des mots et un tabou en valeur même si beaucoup de personnes (professeurs, parents, ...) ne voient presque jamais les signes avant coureurs. Il s'agit également d'écouter et d'être présent dans la vie de son enfant. Le style de vie y est aussi pour quelque chose. David n'est que l'instrument d'un jeu d'enfant qui poussera certains à faire de bon choix comme de mauvais.

David est juste un jeune homme blessé, détruit de l'intérieur par ce qui est arrivé. La culpabilité fera son chemin jusqu'à l'effondrement. C'est pour cela que parler même si on paraît fayot est la meilleure arme pour mieux vivre.


***

Ce n'est pas une leçon de vie mais ce petit roman peut changer le point de vue de personnes victimes de ces agressions intempestives. Avancée la tête haute même si c'est difficile et surtout parler car la culpabilité restera à jamais en soi.

Merci à Babélio ainsi qu'à la maison d'éditions Albin Michel de m'avoir permis de découvrir ce roman.

♥♥♥,75/5.

You Might Also Like

0 commentaires

Merci de m'avoir laissé une petite trace de votre passage !